The Thing About Jellyfish by Ali Benjamin

“Sometimes things just happen”. How can this brush off possibly justify something as momumental as the death of one’s best friend ? Meant to sooth, the catch phrase sits uneasily in Suzy’s scientifc mind. Haunted by grief and guilt, the compelling young girl devises an ambitious plan to prove that things happen for a reason. And so, on this emotional journey, an educated guess, transforms into a hypothesis, which in turn is subjected to strict scientific method.

The Thing about Jellyfish (F BEN) is a beautifully written, gem of a book about friendship, grief, perspective and … the secrets of writing succesful scientific reports ! And for those that take the plunge, there are many fascinating facts about jellyfish to learn along the way.

Gravé dans le sable de Michel Bussi

Lucky doit son surnom à cette chance qui ne le quitte jamais. Juin 1944, préparation du débarquement : les rangers vont se lancer à l’assaut de la pointe Guillaume, mais avant il est impératif de réaliser une brèche dans un mur construit par les Allemands. Les premiers soldats sont chargés de déposer des caisses d’explosifs au pied du mur, mais ils savent que pour eux, ce n’est ni plus ni moins qu’un suicide. L’ordre de passage est désigné par tirage au sort.

Lucky décide de défier la mort en échangeant son ordre de passage contre une énorme somme d’argent destinée à sa fiancée : Lucky sera donc parmi les premiers à se jeter à l’assaut des plages normandes. 20 ans après la mort de son fiancé, la belle Alice découvre ce pacte macabre et décide d’enquêter pour comprendre pourquoi elle n’a pas touché un centime. Une enquête qui va traverser l’océan et s’étendre sur plus de 50 ans.

Gravé dans le sable (843.914 BUSS) est un roman difficile à lâcher avant la fin, tant Michel BUSSI sait nous tenir en haleine. L’amour inconditionnel d’Alice au-delà de la mort est décrit avec finesse et romantisme ; sans oublier la tragédie autour du débarquement où l’émotion est palpable au fil des pages.

Le père Basile Luyet : de Savièse à Madison, une vie pour la science !

Le jeudi 9 février 2017, le bâtiment des Sciences et des Arts a été baptisé officiellement “Bâtiment Père Luyet”.

À cette occasion, le CDI, en collaboration avec les Archives de l’Institut, expose jusqu’à la fin du mois de mars différents objets et photographies ayant appartenu au Père Luyet, qui enseigna à l’Institut de 1921 à 1928.

Un panneau retrace la vie de ce scientifique remarquable, pionnier de sa discipline, la cryobiologie, et met en lumière la variété de ses centres d’intérêts, du folklore valaisan à la photographie documentaire.

Pour en savoir plus, un livre publié par le Musée cantonal d’histoire naturelle de Sion vient compléter l’exposition:

 Basile Luyet: une vie pour la science, 1897-1974